PORCHERIE DE CHABOTTES : CONTRE TOUTE PRUDENCE SANITAIRE, LA PRÉFÈTE DES HAUTES-ALPES AUTORISE UNE NOUVELLE FOIS L’EXPLOITATION

Classé dans : Agriculture et élevage | 0

Pendant que certains préparent le monde d’après le Covid-19 (#Mondevivable), d’autres ont les deux pieds dans l’ancien et ne sont pas près de changer, y compris quand la santé humaine et l’environnement sont en danger.


En mars dernier et en plein confinement, la préfète des Hautes-Alpes a donc (ré)autorisé l’exploitation d’une porcherie industrielle de 1072 porcs dans le parc national des Écrins (Champsaur, commune de Chabottes), ignorant une nouvelle fois notre position et nos arguments.

On ne vous refait pas le tableau : non respect du vivant et souffrance des animaux, soja importé générant la déforestation des forêts primaires amazonienne, nappe d’eau potable exceptionnelle sacrifiée à court ou moyen terme par les pollutions nitrates inévitables…
Retrouvez nos arguments en cliquant ici
Retrouvez notre page dédiée à ce dossier en cliquant ici


L’insupportable réalité de cette exploitation ne fait pourtant émerger aucune réaction parmi les services de l’État.


En autorisant l’exploitation malgré les enjeux environnementaux et sanitaires sans même demander d’étude d’impact, la Préfète plie une nouvelle fois face aux avatars locaux du système agro-industriel aux premiers rangs desquels la Chambre d’Agriculture et les syndicats agricoles productivistes ; ces acteurs montrant par là l’importance de leur influence dans les processus de décisions.

Thierry Souccard

espace

A ce niveau d’assujettissement, on ne peut même plus appeler ça du lobbying ; il s’agit bien plutôt d’une soumission librement consentie et structurellement organisée de l’Etat et de ses services devant les intérêts de cette agro-industrie locale.

espace

Même si le vieux modèle d’élevage productiviste nous parait absurde et dépassé, on voit nettement que ceux qui trouvent intérêts à le maintenir tel qu’il est s’y accrochent et s’y accrocheront jusqu’au bout.

Le COVID 19 est pourtant un signal d’alarme fort : les épandages de lisiers ou de pesticides, l’agriculture intensive et mondialisée ont une part de responsabilité immense dans la crise en cours, sans compter le risque insupportable pesant sur la ressource en eau.


Ce type d’agriculture est devenu si nuisible pour l’Environnement qu’il compromet directement l’avenir.


Une autre agriculture existe pourtant, bienveillante et à échelle humaine ; les alternatives sont là. Mais l’État Français a choisi son camp, prêt à intimider et emprisonner les plus véhéments de nos lanceurs d’alertes (lire ici l’article de Reporterre).

Le changement ne viendra et ne peut venir que par vous et nous, et ce combat est prioritaire. Encore une fois, pour défendre la vie au sens large, nous attaquerons ; nous saisirons la justice et on ne vous cache pas que nous allons avoir besoin d’un soutien massif de votre part.

Il y a urgence et il faut hausser le ton : SIGNEZ et FAITES SIGNER la pétition : cliquez ici

Ne pensez surtout pas que signer une pétition est inutile, au contraire votre soutien est indispensable. Si vous l’avez déjà signée et souhaitez aller plus loin, un message par courriel vous sera envoyé très rapidement.


Ils sont l’ancien monde, nous sommes le monde en devenir.