NOTRE POSITION

 Depuis le retour naturel du loup en 1992 en provenance d’Italie, un peu plus tard dans les Hautes-Alpes, les éleveurs ovins sont confrontés à des difficultés pour protéger leurs troupeaux alors que ces derniers étaient laissés sans surveillance depuis une génération.

 Très vite un climat conflictuel s’est installé entre le monde de l’élevage qui refuse le retour du loup et le vivent comme un retour en arrière et les associations de protection de la nature comme la SAPN qui considèrent que le loup est un élément important de la biodiversité. Depuis plusieurs années, nous essayons d’encourager un dialogue pour que les éleveurs et les protecteurs de la nature puissent travailler ensemble dans le but de maintenir l’élevage (patrimoine de nos montagnes) et maintenir la présence du loup qui est un indicateur d’une nature qui se porte bien autant qu’un élément incontestable de l’équilibre de la chaîne alimentaire. De plus, à l’image des Abruzzes, il serait peut-être intéressant de développer une forme de tourisme qui permettrait à l’économie de nos montagnes de se développer.

Nous prônons une adaptation du monde de l’élevage par le développement des moyens de protection à l’instar des tirs de plus en plus nombreux qui menacent la stabilité de l’espèce et qui peuvent être la source d’un dérèglement comportemental du loup l’incitant à attaquer les troupeaux domestiques plutôt que la faune sauvage.

NOS ACTIONS :

  • Réalisation d’un film d’une heure visant à mettre en avant la problématique du retour du loup en France, en particulier dans nos départements 04/05, les difficultés que cela implique pour l’élevage mais aussi et surtout il met en avant la possibilité d’un vivre ensemble grâce à une meilleure analyses des échecs et des expériences. Le loup est de retour aujourd’hui, des solutions pour une meilleure protection  sont à trouver pour à la fois réduire les dégâts dans les élevages  et soutenir  psychologiquement les hommes qui y sont confrontés. Réussir à s’adapter au retour du loup est une épreuve mais aussi une source de satisfaction et un soulagement moral.
    Titre : Une branche en travers du chemin. Réalisateurs Etienne Decle et Catherine Bouteron.
    Nous avons passé ce film dans plusieurs salles du 04/05 suivi d’un débat.
  • Animation dans les écoles et centres aérés sur les prédateurs en France. Le but est de mieux faire connaître les grands prédateurs de nos régions sur un mode interactif et ludique.
  • Sorties terrain avec des naturalistes, gardes de parcs nationaux sur les traces du loup. Le but est de mieux comprendre l’éthologie du loup et ses impacts dans la nature.
  • Participation au projet ENCOSH qui sera une plateforme participative pour une coexistence durable entre les êtres humains et les grands prédateurs dans le monde.
    La principale mission est de : Promouvoir le partaged’information et de savoir-faire entre les acteurs locaux sur les initiatives qui améliorent la coexistence entre l’homme et les grands prédateurs, parl’échange de connaissances et en travaillant ensemble d’une manière constructive et mutuellement respectueuse.
    www.encosh.org          plateforme en construction.
  • Participation aux réunions préfectorales et départementales sur le thème du loup pour avoir régulièrement un état des lieux de la situation en France et donner son point de vue. Travail en commun avec d’autres associations de protection de la nature. La SAPN fait aussi partie de FNE.

VOTRE IMPLICATION

Vous pouvez vous impliquer dans nos missions et assister à notre conseil d’administration qui a lieu deux fois par mois.

Vous pouvez nous aider à :trouver des écoles ou des centres aérés susceptibles d’être intéressés par nos animations, assister à nos sorties de terrain, trouver une salle dans une ville de notre département où il serait possible de faire une projection de notre film.

Venez régulièrement consulter cette rubrique, des missions ponctuelles y sont proposées.

N’oubliez pas d’adhérer à notre association ! Rejoignez-nous !