LES DECHETS – FICHE DE SYNTHESE – PROPOSITIONS GROUPE DE TRAVAIL SAPN

Intro – Au-delà des frontières Européennes, l’exemple emblématique de San Francisco témoigne des résultats extraordinaires que l’on peut espérer d’une démarche volontariste en matière de prévention et gestion des déchets. Portés par ses élus et soutenue par la population : ses 837000habitants visent le zéro déchet pour 2020 (100 % recyclés/valorisés). De nombreux autres exemples existent, comment agir sur nos territoires ?

Contexte actuel en PACA et dans les Hautes Alpes Les déchets coute près d’1 milliard d’euro à la Région, pollue, directement et indirectement, l’air, l’eau, les sols. Une politique forte, vu les enjeux, doit nous amener vers des objectifs vertueux et circulaires. Ce n’est pas la voie que l’on prend. Du moins, nous le prenons bien trop timidement. Le nouveau plan régional manque d’ambition… (blabla)

Documents cadres – structures compétentes La Région est le planificateur en matière de déchets,  via son Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets. Ce plan coordonne l’action des  parties prenantes qui localement, sont compétents en matière de collecte et traitement des déchets. Ce sont, en fonction des Territoires, les syndicats mixtes, communautés de communes, etc. ).

Chiffres clés

  • Plus de 1,5 millions de tonnes de déchets incinérés en PACA par an.
  • Plus de 800 millions d’euros de dépense en Région pour gérer nos déchets.
  • 438kg/an/hab en moyenne de déchets produits par les ménages (hors déchetterie)
  • 35% de déchets valorisés

Axes prioritaires pour nos territoires : –

Les trois piliers d’un efficace service des déchets ménagers et assimilés, au coût maîtrisé, sont :

  • le tri à la source des biodéchets

Les biodéchets sont un axe prioritaire de gestion, ils représentent la part majoritaire des poubelles, et la plus polluante, si non valorisée (voir SAPN, Bioressource : enjeux de son détournement, Petit Coq des Alpes, déc 2017)

  • la collecte en porte à porte

Cela ne signifie que la collecte doit se faire individuellement auprès de chaque ménage, condition indispensable pour responsabiliser les producteurs. La généralisation des points d’apport collectifs va à l’encontre de ce principe.

  • la redevance incitative

Encourager, mettre en place et appliquer une redevance incitative sur tous les territoires. La démarche doit faire l’objet d’un accompagnement fort des usagers pour être perçu favorablement. Les résultats sont importants  dans de nombreux territoires en France, avec souvent au bout de 1 à 2 ans la diminution par deux des OM.

Que faire à son échelle

  • Viser l’objectif famille zéro déchet en y allant progressivement.
  • Soutenir une dynamique locale, via les associations, pour porter collectivement des solutions sur son territoire et exercer une pression positive sur ses élus.

Mini biblio : Zéro Waste France, Le scénario zero waste, 2017

Pichon-Moret, famille zéro déchet Ze guide, 2016

A écouter et voir :

http://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/rien-jeter


Les « déchets » sont un mot à bannir : nous devons nous en resservir pour créer de nouveaux objets, au lieu de puiser dans les ressources.

Les déchets à proprement parler seraient plutôt ce qui ne peut être réutilisé (les déchets ultimes).

En attendant, il faut bien gérer ceux qui sont produits.

– Décharge de Ventavon

– Décharge de Sorbier