La SAPN siège dans plusieurs commissions préfectorales liées à l’aménagement du territoire des Hautes-Alpes, et veille à ce que cet aménagement soit fait en adéquation avec la protection de l’environnement.

♦ Urbanisme

Défendant la protection des espaces naturels et agricoles, la SAPN se place dans les différentes commissions préfectorales pour défendre la nature dans les gros dossiers d’urbanisme des Hautes-Alpes et veiller au respect des réglementations.

Nous considérons que le développement des villes ne doit pas se faire au détriment de l’environnement dans lequel nous vivons, et dans ce cadre, que la consultation et la prise en compte de l’ensemble des parties concernées par le développement d’un projet sont fondamentales. De même, la SAPN considère que l‘ensemble de ces projets doit prendre en compte l’impact qu’il aura sur l’environnement dès sa formulation.

Le développement des plans locaux d’urbanismes et des différentes autorisations de construction et d’aménagement des espaces fait l’objet d’une veille assidue de la SAPN.

espace

♦ Artificialisation de la montagne

Le département des Hautes-Alpes se développant sur un territoire montagneux, les projets d’aménagement du territoire sont régulièrement tournés vers une artificialisation de la montagne (remontées mécaniques, téléphériques, etc.).

La SAPN se fait dans ce cadre le défenseur de la nature, soulignant les impacts paysagers et environnementaux des projets, exigeant des études d’impact poussées et dénonçant les projets trop coûteux pour l’environnement.

espace

♦ Transports

Dans le cadre des transports, la SAPN s’engage dans la défense des transports collectifs, en particulier ferroviaires. Le département des Hautes-Alpes étant enclavé, les lignes de train y sont fondamentales, et malheureusement de plus en plus menacées de fermeture.

Aux côtés de l’étoile ferroviaire de Veynes, la SAPN défend les lignes de train qui relient le département à Paris, Marseille, Grenoble, etc., valorisant des moyens de transports plus durables, tout en favorisant le désenclavement des Hautes-Alpes.

Elle participe aussi à la promotion d’une mobilité plus verte, en soutenant l’usage de la marche à pied, du vélo (en soutien à l’association Mobil’Idées) et des transports collectifs.